Les Préparations  Bottereaux

Pâte à Bottereaux

Temps de préparation 15 min - Temps de cuisson 1 min

Ingrédients pour 60  bottereaux : 1 kg de farine, 5 œufs, 150 g de beurre, 30 g de levure,  1/2 verre d'eau (environ 7,5 cl), 180 g de sucre, rhum

Préparation: Faire la pâte la veille.
Dans un grand plat, mettre la farine, la levure et le sucre.
Faire une fontaine et y mettre les œufs, l'eau, le beurre fondu et l'alcool.
Pétrir vigoureusement à la main une quinzaine de minutes.
Réserver dans le plat sous un torchon.
Le lendemain, étaler la pâte (entre 5 mm et 1 cm d'épaisseur selon que vous aimez les bottereaux plus ou moins moelleux).
Découper les bottereaux selon la forme qui vous plaît (du classique losange au rond découpé au coquetier). Attention, la pâte peut se rétracter un peu.
Faire cuire à la friteuse, dans une huile bien chaude,180°, 30 secondes de chaque côté.
Les bottereaux doivent être légèrement dorés mais pas bruns.
Servir saupoudrés de sucre.

Pour varier les plaisirs :

Vous pouvez ajouter des  zestes d'orange confits (2 fruits) à votre pâte.

En faisant des losanges plus gros vous pouvez les "farcir" avec un peu de chocolat  au milieu , puis replier la pâte sur elle même. bien pincer la pâte afin qu'elle "colle" bien.

Vous pouvez les préparer aussi salés . 

Un peu d'histoire

PROPOS GOURMANDS

 

Le bottereau est un beignet qui porte le nom de sa commune d’origine - Le Loroux-Bottereau, située dans le département de la Loire-Atlantique dans la région du Vignoble Nantais. Il est de tradition d'en confectionner pour le mardi gras.

Le bottereau, c’était dans le bocage, les tourtisseaux dans la plaine et le marais poitevin. Autrefois les bottereaux ou tourtisseaux étaient frits dans la graisse de porc. 

La coutume des beignets remonte aux fêtes romaines des calendes de mars. Celles-ci célébraient le réveil de la nature par des rites agraires. À cette occasion, les interdits étaient transgressés et les déguisements autorisés.

Avant la période de privation, dite période de jeûne et qui durait quarante jours, il était de coutume de faire la fête et de manger « gras ». D'où Mardi gras, qui est le jour précédant le Carême.

  Comme la fête rassemblait un grand nombre de personnes, il fallait confectionner des pâtisseries bon marché et vite préparées. Il s'agissait aussi d'utiliser les réserves de beurre, huile, œufs, avant les quarante jours de jeûne qui allaient suivre. D'où la tradition des beignets et également des gaufres et des crêpes